Vinci: les stock-options d’Antoine Zacharias ne seront pas imposées en France

24 novembre 2020

Après cinq ans de procédures, le dossier est désormais clôt: Antoine Zacharias, ancien président de Vinci, pourra jouir de sa retraite dorée en Suisse sans les tracas occasionnés par le fisc français. La Cour administrative d’appel (CAA) de Versailles vient en effet de débouter définitivement Bercy, qui lui réclamait près de 44 millions d’euros d’impôt sur des plus-values liées à ses stock-options. Dans le scandale politico-économique et médiatique qui avait suivi son départ du groupe de BTP, cette procédure fiscale était passé inaperçue.

Les articles sont réservés aux abonnés

Vous êtes abonné?