Soupçons de fraude: le CIC trop rapide pour sanctionner un ancien directeur

21 juillet 2020

Une vieille dame fortunée qui ne maîtrise pas les outils informatiques, un neveu entreprenant, une série de retraits suspects, un directeur d’agence arrangeant: tous les ingrédients de l’abus de faiblesse semblaient être réunis. Sauf qu’en licenciant son manager, le CIC aurait été un peu trop rapide: c’est la conclusion d’un arrêt de la Cour d’appel de Colmar du 23 juin 2020.

Les articles sont réservés aux abonnés

Vous êtes abonné?