Droit au silence pour les suspects de délit d’initié

16 février 2021

C’est une mauvaise nouvelle pour les gendarmes boursiers européens, dont les enquêtes au sujet des délits d’initié sont souvent compliquées par des difficultés d’accès aux preuves.

Les articles sont réservés aux abonnés

Vous êtes abonné?