Un délit d’initié ne suffit pas à justifier un licenciement, estime la Cour d’appel

C’est une question intéressante de droit à l’oubli que soulève un arrêt de la Cour d’appel de Paris du 4 mars 2020. Un gestionnaire de fortune contestait son licenciement, survenu suite à une sanction pour délit d’initié de la part de l’Autorité des marchés financiers (AMF). En juillet 2014, A.* avait écopé d’une sanction pécuniaire de 50’000 euros de la part …
Cet article est réservé aux abonnés. Profitez d'un abonnement gratuit de 30 jours pour découvrir Gotham City France.