La pandémie, prétexte d’une justice rendue en catimini

L’arrivée du Covid-19 et du confinement qui a suivi ont bousculé les pratiques au civil ainsi qu’au pénal, mettant à mal les conditions de travail de la défense, mais aussi le principe de publicité des débats. Les plans de reprise de l’activité actent une prolongation de ces “procès sans procès“. Le 17 mars, le confinement …
Cet article est réservé aux abonnés.