Société Générale a fermé les yeux sur une embarrassante tante pakistanaise

27 octobre 2020

Pendant près de vingt ans, le puissant homme d’affaires pakistanais Ghouse Akbar a placé une partie de sa fortune en Grande-Bretagne au nom de sa tante. Pratique pour échapper à ses créanciers, et surtout pour éviter les contrôles liés à son statut de personnalité exposée politiquement (PEP). L’astuce n’a pas dérangé la filiale londonienne de la Société Générale, qui lui a prêté des millions et fermé les yeux sur ses montages.

Les articles sont réservés aux abonnés

Vous êtes abonné?